Fairtrade, parce que nous avons plus que jamais besoin de lien.

Le monde a besoin de replacer l’humain au centre de ses préoccupations.  Le monde a besoin de lien et donc de bâtisseurs de ponts. Il a aussi besoin de nouveaux modèles, il a besoin d’action et de solutions concrètes.

Fairtrade n’est donc pas une belle idée romantique du passé mais un modèle qui apporte des solutions aux problèmes d’aujourd’hui et permet, concrètement, de construire d’autres relations commerciales, des relations plus humaines.

Il y a bien sûr le lien entre le citoyen belge et l’agriculteur du sud qui produit sa nourriture. Un lien qui se renforce chaque jour quand on voit l’évolution des ventes des produits équitables en Belgique.

Mais il y a aussi le lien que nous tissons chaque jour avec nos fabricants, nos distributeurs, la société civile et le monde politique.

Et enfin les nombreux liens construits à travers toutes les activités de Fairtrade Belgium qui ont toutes vocation à rapprocher les gens : du Fairtrade Challenge dans les entreprises au partage des ‘plaisirs non coupables’ lors de la semaine du Fairtrade en passant par les actions de sensibilisation dans les classes de primaires.

Il est facile de décrire Fairtrade comme une grosse machine, comme un système efficace pour combattre la pauvreté et rétablir plus de justice dans le commerce mondial. C’est effectivement le cas. Mais c’est oublier l’essentiel, c’est oublier que Fairtrade veut contribuer à remettre de l’humain au cœur de notre consommation.

Nous ne sommes pas seuls pour y parvenir. Nous bénéficions de l’aide de la DGD et de 11.11.11 et nous collaborons avec de nombreux partenaires : Vredeseilanden, BTC, Oxfam Wereldwinkels/Magasins du Monde et nos détenteurs de licence pour n’en citer que quelques-uns. Construire des ponts est dans nos gènes !

Nicolas Lambert, directeur de Fairtrade Belgium